À Ouistreham, les vétérans sont les héros

ouistreham-les-veterans-sont-les-heros

La cérémonie internationale, où étaient présents dix-neuf chefs d’État ou de gouvernement, a donné lieu à des moments très émouvants.

Sur les écrans géants, les portraits de Léon Gautier et Johannes Börner en 1944 apparaissent. Sur la scène, devant les dix-neuf chefs d’État, Léon Gautier, 91 ans, et Johannes Börner, 89 ans, s’avancent côte à côte. Les 8 000 invités des trois tribunes de la cérémonie internationale de Ouistreham se lèvent. Moment d’intense émotion.

Il y a 70 ans, le Français, membre du commando Kieffer, a débarqué sur cette plage. L’Allemand, parachutiste, a été fait prisonnier dans la poche de Falaise. Aujourd’hui, ils vivent tous les deux à Ouistreham et sont amis. Cette image marquant la fin de la cérémonie internationale sur le sable normand illustre à merveille le discours de François Hollande : « Nous sommes dix-neuf pays, ici, pour marquer la réconciliation et l’hommage que nous devons aux vétérans. »

À l’applaudimètre, Barack Obama et Elizabeth II ont rivalisé. Seule la reine, superstar de ce 70e anniversaire, a eu le privilège d’arriver en voiture au pied de la tribune officielle. Les autres chefs d’État ont fait quelques pas sur le tapis rouge, guidés par des enfants de Ouistreham. Un nouveau symbole. Le passage de témoin s’opère. Les 1 200 vétérans, « des héros », selon François Hollande, applaudissent les enfants.

Morceau de choix de cette cérémonie, le spectacle de 45 minutes a donné une évocation historique très pédagogique. Les impressionnantes images d’archives se détachaient fortement. Mais l’essentiel était ailleurs. Un 6 juin, sur une plage normande, les visages illuminés des vétérans se suffisent à eux-mêmes. Hier à Sword beach, sous le soleil, les vétérans étaient magnifiques.

Lou, élève de 3e au collège de Douvres-la-Délivrande a apprécié. Elle était dans une tribune avec des centaines de jeunes de Normandie : « Au départ, j’avais peur de m’ennuyer. En fait c’était génial, émouvant et touchant. »

Extrait de l’article paru le 07/06/2014 sur le site ouest-france.fr